Ouaga Film Lab 2016: Pari Tenu!!

La 1ère édition du OUAGA FILM LAB, premier laboratoire de développement et de coproduction en Afrique de l’Ouest, a tenu toutes ses promesses.

Des 80 projets inscrits à la suite de l’appel à projets lancé en mars, 10 ont été sélectionnés. Ainsi, les porteurs de projets, soit 10 réalisateurs et 11 producteurs ont été invités à Ouagadougou du 19 au 24 Septembre 2016 dans l’enceinte de l’Institut Imagine.

Les mentors Gaston Kaboré, Jihan El Tahri, Newton Aduaka et Kaouther Ben Hania ont commencé à prodiguer des conseils et recommandations aux porteurs de projets trois semaines avant le Lab. Puis ils ont tous travaillé d’arrache pied durant toute la semaine afin d’apporter leur expertise, leur dynamisme et une démarche professionnelle à ces jeunes réalisateurs et producteurs de la sous-région.

Après une séance commune aux réalisateurs et producteurs, la formation en scénario animée par Gaston Kaboré a permis aux réalisateurs de renforcer et affiner l’histoire qu’ils voulaient raconter.
Pendant ce temps, Aurélien Bodinaux et Guillaume de Seille, membres du réseau de producteurs EAVE, animaient la formation sur les stratégies de production et de coproduction internationale.
L’une des nouveautés pour ces jeunes porteurs de projets a été l’atelier de pitch. En trois séances intensives, Stefano Tealdi a donné la capacité à tous ces réalisateurs et producteurs venus d’Afrique francophone, anglophone et lusophone de présenter d’une manière efficace en moins 7 minutes l’essence de leurs projets cinématographiques.

Entre les formations, pendant les repas, dans les couloirs de l´Institut Imagine, s’activait un autre groupe de personnes appelées « les experts ». Ils étaient une vingtaine, venus aussi bien d’Afrique, d’Europe que d’Amérique du Nord : détecteurs de perles rares, ils ont facilité la mise en réseau avec de nombreuses structures de productions, de financements et de distribution.

Une conférence-débat, modérée par le critique de cinéma sénégalais Demba Cissoko, a permis aux porteurs de projets d’échanger avec Ouédraogo Nabi Souleymane de Ecobank, Dora Bouchacha de Sud Ecriture, Keith Shiri du Africa International Film Festival, Alain Modot de Media Consulting Group et Rhian Vialva du Trinidad and Tobago Film Festival. Le débat a été suivi de la projection de Hedi, réalisé par Mohamed Ben Attia, puis d’une belle discussion avec la productrice, révélatrice de jeunes talents d’Afrique.

A l’issue de la séance de pitch devant le public et le jury, composé de Dora Bouchoucha (Sud Ecriture, Tunisie), Souad Houssein (OIF, France), Guillaume de Seille (EAVE, France), Alice Thomann, (Coopération Suisse) et Saran Koly (UNICEF Burkina) et, en tant que membres observateurs, Hicham Falah (FIDADOC, Maroc) et Gabrielle Béroff-Gallard (Fabrique des Cinémas du Monde), les prix suivants ont été décernés :

– Prix UNICEF : “Or de vie” réalisé par Boubacar Sangaré et produit par Ferdinand Ernest Kaboré. 1.000.000 FCFA
– Prix OIF : “Garibou”, réalisé par Seydou Cissé et produit par Dieudonné Alaka.
1.000.000 FCFA
– Prix Institut français : “Les paroles s’envolent, les écrits restent”, réalisé par Andrey S.Diarra et produit par Awa Traore. Projet invité à la Fabrique des Cinémas du Monde lors du prochain Festival de Cannes.
– Prix Sud Ecriture : “La Baie des cafards”, réalisé par Ndeye Marame Gueye et produit par Oumar Sidibe ; et “Beau Séjour”, réalisé par Aboul Aziz Nikiema et produit par Michel Zongo. Bourse de résidence d’écriture en Tunisie.
– Prix EAVE : “Eldorado road “, réalisé par Kenneth Gyang et produit par Olabode Moses. Bourse de formation en production au réseau EAVE.
– Prix FIDADOC : “Etincelles”, réalisé par Bawa Kadabe Riba et produit par Mamounata Nikiema. Bourse de résidence d’écriture au Maroc.

La première édition du OUAGA FILM LAB, à été organisée en étroite collaboration avec l’EAVE (European Audiovisual Entrepreneurs), l’Institut français (IF Paris, IF Burkina Faso, la Fabrique des cinémas du Monde, la Cinémathèque Afrique), l’Institut Imagine et le Festival international de film documentaire d’Agadir au Maroc (FIDADOC) et Sud Ecriture (Tunisie) ; et avec le soutien du Bureau Suisse de la Coopération au Burkina, de l’UNICEF Burkina, de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), de l’Institut Goethe de Ouagadougou, de Canal Plus et du Ministère de la culture et du tourisme du Burkina Faso.